Dhampyr - Tome 1 - Le bâtard nocturne

Ludovic Zadania (Ludo)

Roman fantastique  |  Oeuvres à sélectionner

Projet

[Genre : Fantastique] Ils lui ont fait oublier son passé... mais il n'a pas soif que de vérité.
63
Veuillez vous connecter pour voter.
Se connecterS'inscrire

Synopsis

Géraud a peur. Il vient de commettre un acte horrible, irréfléchi. Cet après-midi, il vient de mordre le cou du fils de la directrice de l'orphelinat, sans aucune raison apparente. Mais ça n'était pas simplement pour lui faire mal. C'était pour boire son sang.

Pourquoi ? Il ne se l'explique pas, mais c'était plus fort que lui. Maintenant, il va devoir affronter le directeur, il le sait. Et la punition que ce dernier lui réserve avec son mystérieux assistant risque de s'avérer mémorable.

Pourtant, dès le lendemain, Géraud aura perdu tout souvenir de sa vie. Il ne lui restera plus que des questions, une chambre isolée dans l'étrange orphelinat où il s'est réveillé, des inconnus qui souhaitent qu'on leur fasse confiance... et une soif, que ni la vérité ni la vengeance ne pourront étancher.

Thème musical de Dhampyr (par l'auteur) :
https://youtu.be/a4QYkASdLbc

Personnage

Géraud : quinze ans, sans parents, sans souvenirs... mais avec un petit quelque chose en plus. Quelque chose de pointu. A soif de vérité, mais pas seulement.
Luis : même âge, orphelin, chétif et timide, persuadé d'être maudit tant la vie ne lui a pas souri...
Les Mercier : couple de directeurs de l'orphelinat, qu'ils tiennent d'une main de fer. S'ils sont certes d'odieux manipulateurs, leurs méthodes sont-elles tout à fait injustifiées?
Gildas : fils des Mercier, tête brûlée dont les parents couvrent les caprices, son agressivité cachent peut-être un violent mal-être. Sa pire erreur aura été de prendre Géraud pour une cible facile.
Manu : ami sans parents de Gildas, à qui il prête "poing" fort pour régner dans la cour de l'orphelinat chez ceux de leur âge (et de celui de Géraud...). Plus suiveur que méchant, il cache une véritable sensibilité.
Elodie :orpheline de seize ans, se démarque des autres par son sens de l'observation et de la déduction développés. Accusée d'être une fouineuse, elle pourrait bien se montrer utile.
Loublin : l'assistant du directeur est serviable aurpès de ce dernier, mais aussi auprès des jeunes. Ces deux groupes présentent pourtant souvent des intérêts fort différents, mais qu'en est-il au juste des siens?
Fatou : la discrète assistante de la directrice sait rester à sa place, mais son attachement pour les jeunes pourrait bien tout remettre en question.
? : personnage sans nom.

Vidéo

https://youtu.be/a4QYkASdLbc

Extrait

Alors oui, c'était vrai, Géraud l'avait mordu. Bien sûr, qu'il l'avait fait. Il n'avait eu ni le choix, ni le doute, ni la honte, ni même le dégoût d'y avoir succombé. Son envie de mordre l'avait mordu lui-même, et il ne pouvait faire autrement que de rendre honneur à cette petite veine si disponible en la croquant. Sans hésitation, ses canines se plantèrent au moment exact où elle se regonflait, percèrent la couche de peau élastique, s'enfonçant dans cette délicieuse chair moelleuse et pourpre, et percèrent encore avec un bruit aqueux à travers la résistance caoutchouteuse de la petite artère, qui semblait décidément faite pour l'accueillir lui, enfin.
Du sang gicla sur la joue de Géraud. Gildas hurla de douleur. Tandis qu'il s'époumonait, il sentait un liquide tiède couler le long de sa nuque. Géraud était sur lui et l'écrasait, il lui faisait quelque chose au cou qui lui faisait atrocement mal. Il sentait de plus en plus ses forces l'abandonner, et parvint à dégager malgré tout un coude, qui fut aussitôt écrasé par le corps massif de Géraud. Il cria de nouveau mais ne s'entendit émettre qu'un couinement confondu par des gargouillis. Sa vision se troublait, il voyait les branches des arbres au-dessus de lui et caché derrière, le Soleil qui l'aveuglait et le brûlait. Il faisait de plus en plus chaud, et la lumière éclatait de plus en plus. Tout cela, Géraud le voyait aussi, comme si c'étaient ses propres yeux, alors qu'il satisfaisait sa soif irrépressible. Le sang se déversait par flots dans son palais, roulant sur sa langue, et éclaboussant sa gorge tandis qu’il avalait à grands coups et avec milles délices le succulent arôme. Ses lèvres se resserrèrent sur la peau pour ne pas perdre la moindre goutte sucrée, alors que les gesticulations de Gildas se faisaient moins vives.

Lire

Veuillez vous connecter pour pouvoir lire l'oeuvre.
Se connecterS'inscrire
Ajouter un nouveau commentaire

  • Votre email ne sera jamais publié

  • Doit commencer par http:// ou https://

  • Merci de ne pas inclure de balise HTML.
  • Supprimer la réponse

Liste des Commentaires (22)

Ludovic Zadania 13 avril 2014 19:23 #1 reply report
Site officiel : www.dhampyr.fr
Vidéo Youtube du thème musical de Dhampyr : http://youtu.be/NoqT1XsY8eg
Merci à vous!
Ludo.
Isabelle royer 16 avril 2014 09:22 #2 reply report
Un peu de longueur à l'accroche
Mélodie L 16 avril 2014 11:00 #3 reply report
 Bonne accroche, avec une intrigue qui prend le lecteur dès les premières lignes.
La scène où Géraud va se faire effacer la mémoire est peut-être trop longue, on  a envie de savoir ce qu’il va se passer ensuite.
Un bon début de saga.
Ludovic Zadania 17 avril 2014 18:51 #4 reply report
Merci à vous pour ces premiers retours et votes. J'ai bien pris note de vos commentaires et vous en remercie. Le Chapitre 1 est un renouveau, également dans le rhytme. Vous comprendrez aisément pourquoi.
Vous mentionnez le mot "saga", il est tout à fait adéquat. Il s'agit d'une trilogie dont j'ai à ce jour rédigé la moitié.
benedicte Vidor-Pierre. Directrice littéraire 5 mai 2014 09:47 #5 reply report
Melodie Lab Je trouve qu'il y a une bonne accroche dans Dhampyr. L'histoire est intriguant. Cependant, il faudrait raccourcir quelques descriptions. Comme la scène où Geraud va se faire effacer la mémoire. On sait ce qu'il va arriver mais la scène dure trop longtemps.
2 mai, 19:40 · J’aime

Benedicte Vidor Un texte qui doit plaire aux ados me semble t-il. Les toutes premières pages sont tout à faits "accrocheuses".
2 mai, 19:41 · J’aime

Melodie Lab C'est possible. Si l'auteur est en ligne : pour quelle tranche d'âge est destinée ce roman?
Ludovic Zadania 5 mai 2014 10:33 #6 reply report
benedicte Vidor-Pierre Melodie Lab Je trouve qu'il y a une bonne accroche dans Dhampyr. L'histoire est intriguant. Cependant, il faudrait raccourcir quelques descriptions. Comme la scène où Geraud va se faire effacer la mémoire. On sait ce qu'il va arriver mais la scène dure trop longtemps.
2 mai, 19:40 · J’aime

Benedicte Vidor Un texte qui doit plaire aux ados me semble t-il. Les toutes premières pages sont tout à faits "accrocheuses".
2 mai, 19:41 · J’aime

Melodie Lab C'est possible. Si l'auteur est en ligne : pour quelle tranche d'âge est destinée ce roman?

Je vous remercie beaucoup pour ces commentaires.

Je pense avoir saisi que pour l'essentiel, le point à retravailler est l'allègement de certaines descriptions. A vouloir trop bien faire, j'en ai peut-être fait un peu plus que nécessaire à certains endroits. Sans doute une erreur de débutant, mais erreur tout de même, je veillerai à faire confiance au lectorat qui n'a pas besoin de plus qu'il ne lui en faut. Il me semble avoir fait des efforts en ce sens concernant les lieux et les apparences des personnages, ce qui je pense ne perturbait pas le récit ; il ne me reste plus qu'à étendre cette méthode aux situations.

Pour répondre à vos questions Mesdames, cette histoire s'adresse pour un lectorat dont l'âge commence à l'adolescence, mais également aux jeunes adultes (dont je suis) qui ont pris plaisir à grandir avec des romans comme Harry Potter. Pour le présenter, je présente parfois ce récit comme un "Harry Potter à l'envers", où les jeunes protagonistes sont dans un endroit, l'orphelinat, qui joue le rôle inverse de l'école de Poudlard : on essaye d'y étouffer leurs individualités, ce qui va les amener d'abord à se chercher eux-mêmes et se découvrir sans les adultes, et souvent même contre eux. L'adolescent(e) et l'ancien(ne) adolescent(e) que nous avons été ne peut qu'y trouver un écho.

A nouveau, merci pour vos retours.
beatrice leloup 4 juillet 2014 12:22 #7 reply report
Beaucoup de suspens, quelques longueurs, mais je conseille car on se prend vraiment au jeu.
Ludovic Iadanza 4 août 2014 21:52 #8 reply report
beatrice leloup Beaucoup de suspens, quelques longueurs, mais je conseille car on se prend vraiment au jeu.

Merci pour votre retour, je travaille en ce sens! Bientôt, la suite...
comitédelecturedesmanuscritsduvendredi 22 décembre 2014 10:47 #9 reply report
Un des comités de lecture du salon, nous votons.

benedicte Vidor-Pierre. Directrice littéraire 29 décembre 2014 10:59 #10 reply report
Chronique d'Emile Langevin dans le cadre de "le manuscrit du jour" :
Etant fan de tout ce qui se rapporte à la Bit-lit, j’ai été enchantée par la lecture de ce livre. A consulter : http://www.salondumanuscrit.fr/oeuvre/dhampyr-tome-1/ludovic-iadanza/Ludo?page-comment_cf5c4b45=1#4

L’histoire est très bien construite. Les éléments s’enchaînent de façon cohérente et sans aucune lourdeur.

La trame est parfaitement maîtrisée.

L’intrigue est assez prenante, à aucun moment vous n’avez envie de décrocher. Chaque chapitre qui se termine vous pousse à découvrir le suivant.

Le style d’écriture est fluide et adaptée aux personnages. Les dialogues sont simples et efficaces. Beaucoup pourront s’y retrouver.

Les personnages sont très attachants même si parfois vous avez envie de les pousser dans leurs attitudes, leurs choix et leurs prises de position. J’ai hâte de les voir évoluer et pour cette raison, j’attends le second tome avec impatience.

L’atmosphère étrange de l’orphelinat se fait ressentir tout au long de l’histoire. On a parfois l’impression de se retrouver au siècle dernier et ce en partie dû aux références religieuses assez présentes.

Une petite attention particulière sera à apporter à la correction des fautes de frappe et d’orthographe (mais qui n’en fait pas ?).

Pour résumer, ce livre m’a plu et je suis curieuse de connaître la suite.

Je suis certaine qu’il peut plaire à un large public. Beaucoup s’y reconnaîtront !

Bravo à l’auteur.

Proposition d'oeuvres

du même genre littéraire


Le salon du manuscrit

Le Salon du Manuscrit est une maison d'édition participative offrant à tous la possibilité de découvrir et soutenir des œuvres en les commentant afin d’apporter critiques constructives aux auteurs et en votant pour les défendre, ou encore en rejoignant notre équipe des lecteurs du comité. Dès 75 votes atteints, le manuscrit passe en souscription. S'il est commandé à 250 exemplaires en trois mois, il sera publié par notre maison d'édition partenaire, la Maison de la Fiction. S'en suivront sa diffusion et sa distribution en dans notre librairie à 1000 exemplaires au moins. S'il se vend à moins de 250 exemplaires, il sera imprimé et envoyé aux souscripteurs par nos soins.


Nos partenaires

Haut de page
Le salon du manuscrit ©2013