Laisser filer les metros et les hommes

(christian7)

Roman littérature blanche  |  Oeuvres à sélectionner

Projet

.
69
Veuillez vous connecter pour voter.
Se connecterS'inscrire

Synopsis

.

Personnage

.

Vidéo

.

Extrait

.

Lire

Veuillez vous connecter pour pouvoir lire l'oeuvre.
Se connecterS'inscrire
Ajouter un nouveau commentaire

  • Votre email ne sera jamais publié

  • Doit commencer par http:// ou https://

  • Merci de ne pas inclure de balise HTML.
  • Supprimer la réponse

Liste des Commentaires (38)

Wilfried Bonnin, Responsable du RSL 31 août 2015 12:07 #1 reply report
Benedicte Vidor Une belle entame. Les personnages prennent vite corps et l'on se laisse aller à une lecture intelligente. Le style est alerte et agréable.
28 août, 19:05 · J’aime · 2

Wilfried Bonnin un roman originale, qui tire sur certaines longueurs, la fin s'annonce prévisible cependant on reste accroché à l'histoire de ce héro malgré lui.
28 août, 19:05 · J’aime · 1

Christian Payen J'ai voulu écrire une histoire qui soit une histoire d'aujourd'hui
28 août, 19:08 · Je n’aime plus · 2

Maude Pirrelet Je regrette cependant certaines disgressions que je trouve inutile sur le sens de la vie, l'humanité ou autre.
28 août, 19:08 · Je n’aime plus · 1

Christian Payen le style, j'essaie de faire des mélanges d'humour , d'écriture classique, avec des mots communs et parfois un style littéraire
28 août, 19:09 · Je n’aime plus · 2

Maude Pirrelet Certains passages mériteraient à mon sens d'être racourcis pour laisser davantage de place à l'histoire.
28 août, 19:10 · Je n’aime plus · 1

Wilfried Bonnin toutes les histoires pourraient être des histoires d'aujourd'hui si l'on respecte une certaine vraisemblance. Cependant ce héro, incapable d'avoir prise sur ce qui li arrive, qui glisse lentement mais surement vers la fin à quelque chose de terriblement humain . Et son geste est qualifiable de héroïque
28 août, 19:11 · Je n’aime plus · 2

Benedicte Vidor Il y a quelque chose dans ce texte qui mérite tres certainement de rencontrer un public . Qu'en pensez vous ?
28 août, 19:13 · J’aime · 1

Christian Payen le sens de l'histoire, c'est que le personnage n'arrive pas à faire valoir son droit, chacun a sa réalité, tous les personnages sont pris dans quelque chose d'intime qui les empêche d'accéder à la réalité des choses
28 août, 19:13 · J’aime

Wilfried Bonnin ce qui est appréciable surtout , c'est cette absence d'interventions sous formes de dialogues des personnages et du héro, on assite à une sorte de documentaire où le scritp est inconnu du narrateur et du personnage principal, on est obligé de subir de se laisser emporter sans pouvoir intervenir
28 août, 19:14 · Je n’aime plus · 1
Wilfried Bonnin, Responsable du RSL 31 août 2015 12:08 #2 reply report
Maude Pirrelet Tres certainement hormis le petit bemol que j'ai fait prescedemment.
28 août, 19:14 · Je n’aime plus · 1

Christian Payen raccourcir certains passages, lesquels ? Trop de théorie?
28 août, 19:14 · Je n’aime plus · 2

Maude Pirrelet oui. Les passages à prétention intellectuelles.
28 août, 19:15 · Je n’aime plus · 1

Christian Payen En écrivant ce texte je pensais au film de a. penn la poursuite impitoyable de 1966 une foule avide de sang et d'alcool veut lyncher un malfrat. Dans mon texte c'est une foule avide de bons sentiments qui veut la peau du personnage
28 août, 19:16 · J’aime · 1

Christian Payen oui pas de dialogue c'est volontaire le dialogue est une intimité dont j'ai voulu me passer
28 août, 19:18 · J’aime · 1

Christian Payen le héros est parfois extérieur à son histoire il n'a pas de prénom c'est le seul
28 août, 19:19 · J’aime · 1

Loic Duroy Je comprends. Et je trouve votre analyse tout à fait pertinente. Votre roman se lit facilement et l'on est vite pris par l'histoire sans doute grace aux personnages bien campés. J'adhere aux remarques qui ont été faites concernant les disgressions. Effectivement quelques coupes permettraient aux textes de gagner en limpidité.
28 août, 19:21 · J’aime · 1

Christian Payen j'ai essayé également de ne pas donner trop d'importance au personnage principal, j'ai voulu mettre en avant les seconds rôles
28 août, 19:22 · J’aime · 2

Maude Pirrelet Et ca marche car on s'y attache.
28 août, 19:23 · J’aime · 1

Loic Duroy oui. Je trouve aussi.
28 août, 19:23 · J’aime · 1

Christian Payen le vrai plaisir pour un auteur est justement de créer des personnages tout au long d'une aventure, ce sont eux qui font avancer le scénario
28 août, 19:25 · J’aime · 1

Christian Payen je veux dire quelque chose qui est important pour moi, la littérature, ça peut être de faire rêver ou d'écrire des romans policiers. J'ai voulu écrire un texte "politique"
28 août, 19:27 · J’aime · 1
Wilfried Bonnin, Responsable du RSL 31 août 2015 12:08 #3 reply report
Loic Duroy C'est ce que disent beaucoup d'auteurs allant même jusqu'à dire que ce sont les personnages qui ecrivent. Cela me fait penser à 6 personnages en quete d'auteur de Pirandello.
28 août, 19:27 · J’aime · 2

Maude Pirrelet Je dirai meme " morale".
28 août, 19:29 · J’aime

Christian Payen une idée que j'ai voulu transmettre, c'est que nous sommes prisonniers de nos croyances, de nos désirs, de nos convictions, bref de nous-même, et que le problème de Delaunay vient de là
28 août, 19:30 · J’aime · 2

Wilfried Bonnin la comparaison est flatteuse
28 août, 19:30 · J’aime · 1

Christian Payen une comparaison avec le procès de F. Kafka, le personnage ne sait pas ce qui lui arrive, tout lui échappe, l'état, la société sont tentaculaires et broient les individus, j'espère malgré tout ne pas être tombé dans un pessimisme qui ne me ressemble pas
28 août, 19:34 · J’aime · 1

Isabelle Pierre-Durand Un roman intelligent qui décrit bien les méandres de notre société. L'incipit est "emballant". On est vite dedans. Les personnages fonctionnnent. D'accord pour certaines disgressions inutiles pour le texte.
28 août, 19:36 · J’aime

Christian Payen oui, je relirai mon texte pour voir les réflexions qui alourdiraient le texte
28 août, 19:37 · J’aime · 1

Christian Payen n'hésitez pas à me dire lesquels
28 août, 19:38 · J’aime · 1

Christian Payen je reviens sur le style est-il pompeux trop académique est ce que l'humour passe bien?
28 août, 19:39 · J’aime

Loic Duroy Je ne trouve pas que le style soit pompeux ni académique. Il est vif et alerte.
28 août, 19:40 · J’aime · 1

Isabelle Pierre-Durand Oui je trouve aussi. Il y a une patte comme on dit communement.
28 août, 19:42 · J’aime · 1

Christian Payen le personnage principal semble parfois hésiter, entre son amour pour camille ou se défendre mordicus
28 août, 19:42 · J’aime · 1

Christian Payen dans ce sens là, c'est un anti héros comme l'on disait avant
28 août, 19:43 · J’aime · 1

Christian Payen l'absence de dialogues a pour but de montrer que nous sommes comme des pantins comme des mécaniques, alors qu'un dialogue nous met dans la peau du personnage
28 août, 19:45 · J’aime · 1

Loic Duroy L'absence de dialogues ne m'a pas géné alors même que souvent je suis assez désemparée quand il n'y en a pas.
28 août, 19:46 · J’aime


Wilfried Bonnin, Responsable du RSL 31 août 2015 12:08 #4 reply report
Christian Payen la fatalité le personnage meurt d'un accident au même endroit où le premier enfant meurt un an auparavant, je n'ai pas écrit un livre sur le destin mais sur l'enchaînement de situations qu'on ne maîtrise pas Delaunay est peut être fautif de ça, d'une certaine passivité
28 août, 19:49 · J’aime

Christian Payen actuellement, j'écris un second texte on y retrouve les mêmes thêmes, nous sommes prisonniers des ombres auxquelles nous ne pouvons pas échapper
28 août, 19:51 · J’aime · 1

Beatrice Leloup J'arrive tard pour apporter mon obole. J'ai été interréssée par votre texte. Il surprend par son style, par ses personnages, par sa morale politique. Il surprend. il y a quelque chose . Je partage l'avis de mes collègues sur les passages un peu moralisants dont on peut se passer, l'histoire se suffit largement à elle meme.
28 août, 19:55 · J’aime · 1

Christian Payen mais ce ne sera pas un livre "politique", simplement une histoire d'amour dont le jeune homme a du mal à se remettre
28 août, 19:55 · J’aime · 1

Christian Payen ok béatrice, vous n'êtes pas la première à me dire que je dois faire attention à certaines longueurs, surtout celles qui portent sur des réflexions théoriques, continuez d'intervenir
28 août, 19:57 · J’aime · 1

Christian Payen le plaisir d'écrire , c'est de créer des situations imaginaires mais qui sont tellement proches de la réalité que ce qui est extravagant ne nous choque plus
28 août, 19:59 · J’aime · 1

Isabelle Pierre-Durand Il est vrai que parfois l'on sent que vous etes present dans votre texte , et ce sont sans doute ces passages qui sont inconfortables et disgressants.
28 août, 19:59 · J’aime · 1

Christian Payen il est vrai que mes études de philosophie à lyon m'ont marqué, j'ai certainement du mal à les mettre de côté
28 août, 20:01 · J’aime · 1

Beatrice Leloup A choisir entre l'essai philosophique ou le roman. Vos idées passent tres bien sans les évoquer ...
28 août, 20:02 · J’aime

Christian Payen les rebondissements que je mets, comme la bagarre à la reconstitution ou la relation amoureuse que le personnage a avec la mère de l'enfant qu'il a sauvé vous semblent-elles de nature a "aéré" le texte?
28 août, 20:06 · J’aime · 1
Wilfried Bonnin, Responsable du RSL 31 août 2015 12:09 #5 reply report
Beatrice Leloup Oui. Cela donne de la crédibilité et de la vie aux personnages.
28 août, 20:07 · J’aime · 1

Isabelle Pierre-Durand je partage l'avis de Béatrice. Ces petits moments donnent de la vie.
28 août, 20:09 · J’aime

Christian Payen à plusieurs moments, je décris des paysages, est ce que ce passage d'un drame humain à une description bucolique est crédible?
28 août, 20:10 · Je n’aime plus · 2

Isabelle Pierre-Durand Oui, cela sent le vecu.
28 août, 20:11 · Je n’aime plus · 2

Beatrice Leloup je pense aussi.
28 août, 20:11 · Je n’aime plus · 1

Benedicte Vidor Je vous remercie tous de votre présence et vous donne rendez vous à Lyon à 18 heures 30.
28 août, 20:13 · J’aime

Christian Payen quel jour, où ça
28 août, 20:14 · Je n’aime plus · 1

Benedicte Vidor Le lundi le comité de lecture se retrouve à 18 heures 30 dans nos locaux. Je vous enverrai un mail.
28 août, 20:15 · J’aime

Christian Payen j'ai eu du mal à commencer cette histoire, par crainte d'une récupération politique. Il semble que personne ne soit tombé dans ce piège
28 août, 20:16 · J’aime
jean 9 octobre 2015 16:15 #6 reply report
Le roman a été repris, cela se sent et gagne en fluidité. 
Je recommande et vote.
Edith 9 octobre 2015 16:16 #7 reply report
Nous avons lu ce texte avec jean et très honnêtement, je le trouve " intelligent". On aborde un certain nombre de points clefs avec beaucoup de finesses et de subtilités.

houria boumir 12 novembre 2015 12:13 #8 reply report
Un style travaillé qui nous envoie par " petites touches " des messages "politiques ". Bien vu ... je vote.
Isabelle royer 12 novembre 2015 12:14 #9 reply report
Je transmets votre texte à notre club de lecture car je ne me sus pas ennuyé une seule seconde.
isabelle Pierre-Durand 26 novembre 2015 15:58 #10 reply report
Beaucoup de philosophies en mode " clin d'oeil" . Le style est péchu. Je vote.

Proposition d'oeuvres

du même genre littéraire


Le salon du manuscrit

Le Salon du Manuscrit est une maison d'édition participative offrant à tous la possibilité de découvrir et soutenir des œuvres en les commentant afin d’apporter critiques constructives aux auteurs et en votant pour les défendre, ou encore en rejoignant notre équipe des lecteurs du comité. Dès 75 votes atteints, le manuscrit passe en souscription. S'il est commandé à 250 exemplaires en trois mois, il sera publié par notre maison d'édition partenaire, la Maison de la Fiction. S'en suivront sa diffusion et sa distribution en dans notre librairie à 1000 exemplaires au moins. S'il se vend à moins de 250 exemplaires, il sera imprimé et envoyé aux souscripteurs par nos soins.


Nos partenaires

Haut de page
Le salon du manuscrit ©2013